Les Bas-fonds du Baroque au Petit Palais // The Baroque Underworld at le Petit Palais


Le Petit Palais nous ouvre les yeux avec l'exposition "Les Bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère." Jusqu'au 24 mai, notre conception de la Rome, sublime, intellectuelle, artistique, se verra bouleversée par 70 tableaux peints sur place. Des artistes venant de toute l'Europe, français, espagnol, flamands… se sont rendus à Rome, et en ont peint un visage beaucoup moins glamour.

L'exposition met en lumière la décadence du Baroque bien souvent omise. Il est vrai que l'histoire de Rome l'a pose en symbole de faste et de splendeur. Cette fois, le Petit-Palais nous en dévoile les orgies, les ruelles sales, les filles de mauvaise vie, bref la noirceur du vice.
On se balade ainsi dans les paysages antiques, majestueux et impressionnants, pour y découvrir, comme une erreur inscrite sur la toile, la prostitution. Comme si cette débauche venait ternir le riche passé romain. Les artistes côtoient ces milieux sombres. Ils rencontrent les cartomanciennes, les magiciens, et les bohémiens. Et ces personnages inspirent, entre voyeurisme et dénonciation. Le pinceau se veut témoin et juge. 

Autoportrait avec scène de magie, Peter Van Laer.
La toile est une fenêtre de taverne. Ces lieux de vie nocturne grouillent de joueurs, de courtisanes et d'escrocs bien entendu. Les voleurs abusent des âmes enivrées, tout comme les entremetteuses. Entre alcool et tables de jeux, on devine l'ambiance follement malsaine qui y règne.

Autour de l'exposition, le Petit Palais propose des conférences comme La provocation et la transgression le 31 mars ou encore Bacchanales et peintures érotiques de Nicolas Poussin le 14 avril. Des concerts baroques et des projections de films viennent compléter le programme. Et le petit +  côté organisation, la cabine photo! Faites vous photographier à la mode baroque en utilisant les accessoires fournis! Tout le programme est à découvrir ici.


Le Petit Palais
Avenue Winston Churchill, 8ème.
Jusqu'au 24 mai 2015, du mardi au dimanche.


*****

Joueurs de dés et diseuse de bonne aventure, Nicolas Régnier.
The Petit Palais opens our eyes with the exhibition "The Baroque Underworld, Vice and Destitution in Rome." Until May 24, our conception of Rome, sublime, intellectual, artistic, will be affected by 70 paintings made in Rome. Artists from all over Europe, French, Spanish, Flemish … have been to Rome, and painted a face of the city much less glamorous.

The exhibition highlights decline of Baroque, frequently omitted in art. It is true that the history of Rome made it become a splendor symbol. This time, the Petit Palais reveals us orgies, dirty streets, girls of easy virtue, in short, the vice.
We thus walk in the ancient landscapes, majestic and impressive, to discover, as an error made on the canvas, prostitution. As if this debauchery had tarnished Roman culture. Artists like those dark circles. They meet with fortune tellers, magicians, and gypsies. And those characters are an inspiration,  between voyeurism and denunciation. Pencil is witness and judge.

Les tricheurs, Pietro Paolini.
The canvas is a tavern window. In that nightlife places, are players, courtesans and of course crooks. Robbers abuse the drunk souls, such as matchmakers. Between alcohol and gaming tables, we easily guess how insanely unhealthy could be the atmosphere.

Around the exhibition, the Petit Palais offers conferences as Provocation and transgression on March 31 or Bacchanalia and erotic paintings of Nicolas Poussin on April 14. Baroque concerts and film screenings complete the program. And the little + in the organization, the photo cabin! You will be photographed in the Baroque mode using provided accessories! The whole program is to discover here.

The Petit Palais
Avenue Winston Churchill, 8th
Until May 24, 2015, from Tuesday to Sunday


Vue de Rome avec une scène de prostitution, Claude Gellée (le Lorrain)

Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

Paris Plages 2016!