Bonne Fête des Mamans!! Happy Mother's Day!!


Le soleil est jaloux. Son caprice le cache et le dérobe au printemps. Depuis toujours, les astres lui répètent son rôle et sa cadence. "Les hommes ont besoin de toi, la Terre tourne et te cherche sans cesse." Empli d'orgueil, il apparaît et constate avec satisfaction les sourires et les peaux dénudées. Il est attendu, toujours. Mais depuis quelques temps, les hommes se plaignent. "La sécheresse, qu'est-ce donc la sécheresse?" S'interroge le Soleil. "Qu'a t-elle de plus que moi? Les hommes semblent se préoccuper davantage de cette inconnue que de moi." Blessé dans son égo de maître solaire, il lui vient une idée. "Je vais me retirer, le temps qu'ils réagissent et qu'ils m'implorent de revenir." 

Les nuages, ravis d'apprécier la Terre à l'époque printanière, se ruent sur le ciel et observent. "Paris est magnifique!" s'exclame un vieux nuage. "Mais la Tour Eiffel est bien trop haute, elle m'a piqué!" intervient un petit nuage blanc. "Avez-vous vu le Grand Palais? Et là, le Musée d'Orsay??" Les nuages se pressent pour assister au spectacle parisien. Mais bientôt, il n'y a plus de place, les nuages s'entrechoquent, s'assombrissent puis se mettent à pleurer. Les larmes coulent sur Paris, et les parapluies leur font barrage. La détresse est plus forte et les nuages redoublent de larmes. Le printemps perd ses repères et le Soleil, lentement reprend confiance... "Ce Dimanche me semble idéal pour retrouver mon trône. Les hommes m'acclameront..."


La nuit, épuisée par le samedi, laisse gentiment sa place au Soleil radieux, en ce Dimanche 26 mai. Fièrement, il s'avance dans le ciel. "Mais comment? Les Parisiens ont le sourire alors que mes rayons n'ont pas encore dardé la Seine? Et les écharpes ont disparu? Il se passe forcément quelque chose!" A l'approche du sommet, le panorama s'éclaircit. La journée est un mystère. Pas un seul quartier n'a échappé au curieux orgueilleux. Doucement, la lune prend le relai. "Que se passe-t-il? Pourquoi es-tu si grincheux?" Le soleil, qui a pour principe de ne jamais parler à celle qui reste dans l'ombre, lui répond: "C'est terminé, ils n'ont plus besoin de moi. Je me suis absenté durant des mois et ils n'ont même pas remarqué mon retour." 

La lune sourit et prend la parole. "Sais-tu que les hommes me content leurs secrets la nuit tombée? De peur que le soleil ne les divulgue? Voici l'histoire de ce Dimanche... La lumière du jour n'a pas été portée par le soleil, mais par l'amour. La chaleur n'a pas été portée par tes rayons, mais par l'amour. L'amour a détourné les esprits du temps. Aujourd'hui les hommes ont célébré les mères. Celles qui réconfortent leurs coeurs. Celles dont l'amour n'est pas un dû mais une évidence. Et toi, par ta présence, tu leur as fait un très joli cadeau." Ravi d'avoir oeuvré dans un but si légitime, le Soleil se promet de revenir le lendemain...


Nous vous souhaitons

Une Belle Fête Des Mères!!!



*****


The sun is jealous. Capricious,  it's hidden from spring. Since ever, stars repeat his role and cadence. "Men need you, the Earth rotates and looks for you endlessly." Full of pride, he appears and welcomes smiles and bared skins. It is expected, always. But lately, people complain. "Drought, what is drought?" Asks the Sun. "Does it have something more than me? Men seem to be more concerned about it than me." Wounded in his solar master ego, an idea comes. "I'll leave, time for them to react and ask me to come back." 

Clouds, delighted to enjoy the Earth in spring time rush on the sky and observe. "Paris is beautiful!" tells an old cloud. "But the Eiffel Tower is too high, it stung me!" says a small white cloud. "Have you seen the Grand Palais? And then, the Musée d'Orsay?" Clouds rush to attend the Paris show. But soon, there is no more space, clouds collide, darken and start to cry. Tears flow on Paris, but umbrellas come on their way. Distress is stronger and clouds cry more. Spring loses its bearings and the Sun, slowly, regains confidence ... "This Sunday seems perfect to regain my throne. Men will cheer me ..."


The night, exhausted by Saturday, leaves gently its place to the radiant Sun, on Sunday, May 26. Sun proudly juts into the sky. "What? Parisians are smiling while my rays have not yet darted the River Seine? And scarves are gone There is something going on!" The day is a mystery. Not a single area has escaped to the curious Sun. Slowly, the moon takes over. "What's going on? Why are you so grumpy?" The sun, who never speaks to the one that remains in the shadows, replies: "It's over, they no longer need me, I've been away for months and they did not even notice my return. " 

The moon smiles and says: "Do you know that men tell me their secrets at night? For fear that the sun discloses? Here's the story of this Sunday ... Daylight was not driven by the sun, but by love. The heat was not supported by your rays, but by love. Love has turned minds from time. Today men celebrated mothers. Mothers who comfort their hearts. Those moms whose love flows in the veins. And you, by your presence, you gave them a very nice gift." Delighted to have made ​​a nice gift, the Sun promises to return the next day ...

 We wish you

A Happy Mother's Day!!!



Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

Paris Plages 2016!