La Mécanique des Dessous, une Histoire Indiscrète de la Silhouette...


Si de nombreuses conversations clament le dictat de l'image, une société tyrannisée par l'apparence, ou le rôle de plus en plus important du physique, elles omettent bien trop souvent les siècles qui les ont précédées. Le Musée des Arts Décoratifs nous rappelle avec élégance combien le corps humain a pu être malmené, réinventé, et sublimé. L'exposition "La Mécanique des Dessous, une Histoire Indiscrète de Silhouette" fait l'inventaire des artifices utilisés par l'être humain pour se mettre en valeur.

Les femmes ont toujours su mettre en avant leurs atouts. Mais attention, chaque époque a son atout. Ainsi les fesses ont été remontées, les seins aplatis, les épaules surélevées. L'exposition dévoile l'évolution du soutien-gorge. Tantôt éleveur de rêves, tantôt cachotier. Le corset du XIXème a certainement mené beaucoup de femmes à l'évanouissement. Mais la taille de guêpe accentuée par la rondeur des hanches était alors un canon de la beauté. La gaine, dont nous parlons de nouveau aujourd'hui, est également présentée au Musée des Arts Décoratifs. Les dessous ne laissaient pas de place au bien-être et au confort des femmes. Mais la mode avait un impact social très fort. Le travail soigné des dessous présents à l'exposition démontrent la place de l'apparence dans les diverses sociétés. Les matières sont soigneusement choisies et les créateurs inventent même des structures mécaniques.  L'exposition met en scène les dessous pour en cerner l'utilisation. 


L'homme n'a pas été en reste. Inutile de s'envoler très loin dans le passé pour découvrir les artifices de l'homme. Lui aussi avait un rôle à jouer dans la société. Les classes sociales observaient leurs propres tissus et accessoires. Un homme se devait de paraître homme. Ainsi les reliefs des bustes étaient plus avantageux du XIVème au XVIème siècle, et les braguettes plus imposantes. Les hommes voulaient assoir leur virilité par la mise en avant d'une musculature plus ou moins crédible. Les mollets ont connu leur heure de gloire par me rembourrage par exemple. 

Outre la présentation animée des différents dessous, "La Mécanique des Dessous, une Histoire Indiscrète de Silhouette" propose aux visiteurs d'essayer des corsets ou des crinolines pour partager l'expérience des siècles précédents. Comment porter tel artifice et comment évoluer dans un quotidien  démuni du confort d'aujourd'hui. Quelle merveilleuse façon de prolonger le voyage que d'en emprunter le costume...

L'exposition insiste sur l'évolution des moeurs et des dessous au fil des siècles. Mais l'intérêt est de penser aux dessous d'aujourd'hui. La nouvelle tendance veut que l'homme et la femme modèlent leur corps pour le vêtement et non l'inverse. Cependant, les sous-vêtements conservent cette complicité. Ils restent le meilleur allié de l'homme et il y a fort à parier qu'ils ne cesseront jamais de nous charmer. 

Jusqu'au 24 novembre 2013.


*****


While many conversations proclaim image dictate, a society tyrannized by appearance, we forget too often previous centuries. The Museum of Decorative Arts reminds us  gracefully  how human body has been abused, reinvented, and sublimated. The exhibition "La Mécanique des Dessous, une Histoire Indiscrète de Silhouette" shows artifices used by humans under their clothes.

Women have always known how to highlight their advantages. But specify that each age has its advantage. Thus buttocks were raised, breasts flattened, shoulders raised. The exhibition reveals the bra evolution. Sometimes it rises, sometimes it hides. In the 19th century, corset certainly led many women to fainting. But the wasp waist accentuated by roundness of hips was a canon of beauty. The sheath, we are talking about it today, is also presented at the Museum of Decorative Arts. The underwear did not allow well being and comfort to women. But fashion had a strong social impact. The careful work of the products presented in the exhibition show the appearance place in different societies. The materials are carefully selected and creators even invented mechanical structures. The exhibition stages the elements to identify their utilization.


The man has not been left behind. Needless to fly very far into the past to discover tricks of man. He also had a role to play in society. Social classes had their own fabrics and accessories. A man had to look like a real man. Reliefs busts were more advantageous from the fourteenth to the sixteenth century, and flies most impressive. Men wanted to show their manhood by highlighting a musculature more or less credible. Calf was padded for example.

In addition to the animated presentation of different clothes, "La Mécanique des Dessous, une Histoire Indiscrète de Silhouette" proposes visitors to try corsets and crinolines in order to share the experience of previous centuries. How to wear such artifice and how to live with in a world without the comfort of today. What a wonderful way to extend the trip borrowing the costume ...

The exhibition highlights the evolution of customs and underwear over centuries. But the interest is to think of underwear of today. The new trend is that men and women shape their bodies to the garment and not the opposite. However, underwear keep that complicity. It is the best friend of man and it's a safe bet that it will never stop charming us.

Until November 24th 2013.



Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

Paris Plages 2016!