"Fashioning Fashion" au Musée Des Arts Décoratifs


A l'approche des fêtes de fin d'année, les pas se pressent vers les boutiques. A la recherche de LA tenue pour le réveillon. Les vitrines et les magazines donnent la tendance du moment. Talons hauts, strass, paillettes et accessoires dorés devraient convenir. L'occasion suggère l'élégance. Qu'en était-il au siècle dernier? Et au XVIIIème? L'exposition "Fashioning Fashion" au Musée des Arts Décoratifs met en scène  100 silhouettes habillées à la mode d'un autre temps. L'évènement s'intéresse à deux siècles de la mode européenne, de 1700 à 1915.

L'exposition nous invite à une balade au milieu d'hommes et de femmes délicatement parés. Au fil des habits, se dessinent l'évolution des matières, les goûts, l'Histoire. Le XVIIIème siècle est marqué par les échanges avec l'orient. Ainsi les tissus prennent des allures d'Asie, les inscriptions s'invitent sur les motifs, et les convictions politiques se lisent sur le vêtement. La cour de France et l'élégance d'Angleterre sont les influences de la mode à cette époque. La robe à la française et ses plis dans le dos vont d'une cour à l'autre tout en s'adaptant à chaque culture. Le XVIIIème siècle habille copieusement la femme: corps à baleines, chemises, jupons, paniers, ... Vers la fin du siècle, la coutume veut que la femme française porte un panier de chaque côté. Sa tenue se compose également de trois pièces cousues les unes aux autres une fois enfilées: un manteau, une jupe et une pièce d'estomac. L'homme porte traditionnellement un gilet, des souliers à talons, et  laisse de côté la perruque pour exhiber ses cheveux naturels. En Angleterre, on préfère la robe plus légère et plus facile à porter, éliminant les paniers. L'homme anglais se plait à porter le frac davantage que le gilet.


Le XIXème siècle débute avec Napoléon. Celui-ci ramène le faste et les matières nobles à la cour. Longues traînes, broderies, fils d'or et d'argent. Le vêtement participe à la démonstration du pouvoir. Les voyages de Napoléon se retrouvent dans les tissus comme le cachemire ou le coton. Puis le style romantique gagne l'Europe avec la mode du "sablier". Les femmes revêtent le corset pour affiner leur taille, certains hommes l'adoptent également. Ces derniers portent un gilet, une chemise et une redingote. Le chapeau et la cravate viennent parfaire l'ensemble. Le dandysme fait son apparition à la même époque. Un style vestimentaire quelque peu osé pour l'époque puisque éloigné de la norme: un pantalon ajusté, une taille haute, un chapeau et un gilet à épaulettes. Controversé puisque différent, le dandysme fait appel à l'esprit comme à l’apparence. Il s'agit là d'une sorte d’élite.


La société évolue, les techniques innovent, la production s'intensifie. Le nombre de toilettes au cours d'une même journée varie en fonction des activités. L'exposition nous dévoile les loisirs du XIXème siècle et les habitudes vestimentaires qui les accompagnent. Les années 1870-1880 voient l'avènement de la tournure. Finie la crinoline, place à la silhouette en finesse. A la fin du siècle, on assiste à la simplification des tenues, mais toujours dans l'élégance et dans le souci du détail. L'ouverture du Japon introduit de nouveaux motifs orientaux. Le kimono revisité fait fureur. En 1858, ouvre le premier établissement proposant des vêtements déjà réalisés. Jusqu'à lors, les femmes commandaient leurs parures selon leurs velléités et leur taille. En 1906, alors qu'il possède sa propre maison de couture, Paul Poiret interrompt l'utilisation du corset pour se concentrer sur la mode orientale.
Comme lors d'un cocktail mondain, nous déambulons dans le Musée des Arts Décoratifs, au milieu de silhouettes plus élégantes les unes que les autres. Nous rencontrons une femme voluptueuse du XVIIème siècle, puis un dandy du XVIIIème, et nous côtoyons ainsi l'Histoire et ses subtilités. "Fashioning Fashion" nous offre un très joli voyage au pays de la mode européenne.

Jusqu'au 14 avril 2013.

Dormir à Saint-Germain Des Près.

*****


As we approach the end of the year, people rush to the shops. In search of THE dress for Christmas Eve. Shop windows and magazines give the trend. Heels, rhinestones, sequins and gold accessories would do the job. The occasion suggests elegance. How was it in the last century? And in the 18th? The exhibition "Fashioning Fashion" at the Museum Des Arts Décoratifs presents 100 male and female outfits dressed like another time. The event focuses on two centuries of European fashion, from 1700 to 1915.

The exhibition invites us to walk among men and women dressed carefully. Over the clothes, emerge evolutions of materials, tastes, history. The eighteenth century was characterized by trade with the East. The fabrics are inspired by Asia, the inscriptions are printed on the dress, and political beliefs can be read on the garment. The court of France, and English elegance are the fashion influences at that time. French dress with pleats in the back, travel from a court to another while adapting to each culture. The eighteenth century dresses are generous: shirts, petticoats, ... Towards the end of the century, French woman carries a basket on each side of her dress. Her outfit also consists of three pieces sewn together after being strung: a jacket, a skirt and a piece of stomach. The man is wearing a traditional jacket, shoes with heels, and leaves out the wig to show his natural hair. In England, people prefer to dress lighter and easier, eliminating the baskets. The English Man prefers wearing the frac more than the vest.


The nineteenth century began with Napoleon. He brings back the glitz, and noble materials to the court. Long dresses, embroidery, gold and silver thread, clothes are part of the power demonstration. We can find Napoleon trips in fabrics like cashmere or cotton. Then comes the romantic style in Europe, with the "hourglass" fashion. Women wear the corset to refine their waist, some men also use it. Men wear a vest, a shirt, a coat, a hat and sometimes a tie. Dandyism appeared at the same time. A style of dress a bit racy for the period because unconventional: a tight trousers, a high waist, a hat and a jacket shouldered. Controversial because it is different, dandyism consists of mind and appearance. This is a kind of elite.


Society is changing, technology innovating, production increasing. The number of clothes in a single day depends on activities. The exhibition reveals the nineteenth century leisures, and clothing habits. In the years 1870-1880, is the advent of the "tournure". After the crinoline, comes the slim figure. At the end of the century is the simplification of outfits, but always with elegance and eye for detail. The opening of Japan introduces east again. Revamped kimono is a success. In 1858, opens the first establishment offering clothing already made. Until then, women ordered their dresses according to their whims and their size. In 1906, while he has his own fashion house, Paul Poiret stops using the corset and focuses on the Oriental fashion.
As at a cocktail party, we wander in the Museum Des Arts Décoratifs in the midst of stylish characters. We meet a voluptuous woman of the seventeenth century and then a dandy of the  eighteenth. And thus we observe History and its subtleties. "Fashioning Fashion" offers us a beautiful journey into the European fashion.

Until 14 April 2013.



Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

NUIT BLANCHE 2017