Raphaël, Les Dernières Années


Le regard cajole, la main protège et le sourire réconforte. Les courbes de la mère rappellent les rondeurs de l'enfant. Les joues rougissent d'amour pour celui qu'elle porte sur ses genoux. De délicates boucles claires tombent sur les épaules dénudées. Le drapé de sa robe est fin, les couleurs s'accordent aux rideaux. Des oeillets dans les mains, la mère et l'enfant s'amusent. L'éclairage est faible dans la demeure. Une fenêtre laisse entrevoir des ruines au loin. "La Madone aux Oeillets" est l'une des premières oeuvres religieuses de Raphaël. A ce nom seul, des images se succèdent. Plus qu'un artiste connu et reconnu, Raphaël est devenu un mythe. Le Louvre a choisi de le mettre à l'honneur dans l'exposition "Raphaël, Les Dernières Années". 

La Madone aux Oeillets
Raffaello Sanzio ou Santi, de son vrai nom, fait ses premiers pas dans l'univers artistique. Son père n'est autre que Giovanni Santi, peintre et poète officiel de la cour du duc d'Urbino. Le garçon apprend tout naturellement les bases de la peinture au côté de son père. Mais celui-ci décède alors que Raphaël n'a que onze ans. Aucune certitude sur le devenir du garçon mais il est probable qu'il reste étudier à Urbino, très réputée artistiquement à cette époque. A seulement dix-sept ans, il se rend chez Perugin, l'une des grandes influences du peintre. Il devient la même année Magister et peut donc s'entourer d'assistants et répondre à des demandes privées. 
A vingt-et-un ans, le jeune talent part à Florence et rencontre ceux qui poliront sa formation: Michel-Ange et Leonard De Vinci. Les maîtres représentent une réelle inspiration pour Raphaël qui les étudie et utilise certaines de leurs techniques, comme le sfumato de Léonard de Vinci. Huit ans plus tard, le prodige quitte Florence pour Rome, à la demande du Pape Jules II. Il est alors en charge de la décoration des salles du palais du pape. En 1513, Jules II meurt et le nouveau pape Léon X donne de nouvelles responsabilités à l'artiste. 

Mariage de la Vierge
A partir de 1513, Raphaël entame le chantier de la Basilique Saint-Pierre. Cette période de maturité artistique est celle à laquelle l'exposition s'intéresse. Outre de fantastiques décors, le peintre réalise des tableaux d'une incroyable beauté, notamment les Saintes Familles. Raphaël livre également son talent de portraitiste en alliant psychologie du sujet et art de la représentation. Il cerne le personnage et le dévoile sur la toile. Compagnon du dessin et de la couleur sans favoriser l'un plus que l'autre, il exprime sa sensibilité par une parfaite maîtrise de son art. Entouré d'une cinquantaine d'assistants, Raphaël doit faire face aux critiques qui dévaluent certaines de ses oeuvres puisqu'en partie seulement peintes par l'artiste. Les demandes affluent et Raphaël est considéré comme le plus grand artiste au monde. Cependant, la malaria et l'intensité de son activité l'emportent à l'âge de trente sept ans seulement. 
La disparition prématurée d'un tel génie a élevé Raphaël au rang du mythe artistique. L'exposition "Raphaël, Les Dernières Années" présente ses chefs d'oeuvre, mais également ses dessins et ceux qui l'ont entouré pendant tout ce temps. Dans la biographie qu'il consacre au Maître, Vasari écrit:: "Quand Raphaël mourut, la peinture disparut avec lui. Quand il ferma les yeux, elle devint aveugle." 


*****

Raphael
Eye smiling and hand protecting. The curves of the mother remind the ones of the child. Cheeks redden of love for the baby she wears on her knees. Delicate and clear curls fall on her bare shoulders. The colors of her dress combine with curtains. Eyelets in their hands, mother and child are playing. The lighting is dim in the house. A window shows ruins far away. "The Madonna of the Eyelets" is one of the first religious works of Raphael. With this name alone, successive pictures come. More than a known and recognized artist, Raphael became a myth. The Louvre focuses on the artist in the exhibition "Late Raphael."
Raffaello Sanzio or Santi, his real name, made his first steps in the artistic universe. His father was Giovanni Santi, painter and official poet of the Duke of Urbino's court. The boy learns naturally the basics of painting alongside his father. But the latter dies while Raphael is only eleven years old. No certainty about what the boy did after, but he probably still studied in Urbino, artistically renowned at that time. At only seventeen, he goes to Perugin's house, one of the major influences of the painter. The same year he becomes Magister and can therefore work with assistants and respond to private requests.

St. Peter's Basilica
At twenty-one years, the young talent goes to Florence and meets his training Michelangelo and Leonardo da Vinci. Teachers are a real inspiration for Raphael who studies them and uses some of their techniques, as the sfumato of Leonardo da Vinci. Eight years later, the genius leaves Florence for Rome, at the request of Pope Julius II. He is then in charge of the decoration of rooms of the Pope's palace. In 1513, Julius II dies and the new Pope Leo X gives new responsibilities to the artist.
From 1513, Raphael begins the worksite of the St. Peter's Basilica. This period of artistic maturity is the period covered by the exhibition. Besides fantastic scenery, the artist produces paintings of incredible beauty, including the Holy Family. Raphael also delivers his talent as a portraitist, combining psychology of the subject, and representation. He identifies the character and reveals it on the canvas. Supporter of drawing and color without favoring one over the other, he expresses his sensitivity with a perfect mastery of his art. Surrounded by fifty assistants, Raphael faces criticism that devalue some of his works since only a part was painted by the artist. Requests are numerous and Raphael is regarded as the greatest artist in the world. However, malaria and intensity of the activity lead him to the death at the age of thirty-seven years only.

Madone du Grand Duc
The untimely death of such a genius has raised Raphael to the rank of a myth. The exhibition "Late Raphael" presents his masterpieces, but also drawings and those who surrounded him during that time. In the biography he devoted to the Master, Vasari wrote: "When Raphael died, the painting disappeared with him. When he closed his eyes, she became blind. '

Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

Paris Plages 2016!