Il est parti un 4 avril... He died on a 4th of April...


Il était une fois un petit garçon de six ans, dans l'Amérique des années 30. Comme tous les jours, il sort de chez lui, radieux à l'idée d'aller jouer avec ses camarades, de faire des farces à certains et de lancer le ballon à d'autres. Mais alors qu'il s'approche de ses amis, le petit garçon voit leurs visages changer. Le sol s'affaisse-t-il? Ou bien est-ce simplement une blague? En rentrant à la maison, le petit garçon Afro-Américain demande à sa maman pourquoi ses copains n'ont plus le droit de lui parler. Après tout, ce droit, ils l'exerçaient jusque là. Gentiment, la maman lui explique qu'ils ont intégré une école ségrégationniste blanche, mais que cela ne fait pas de son fils quelqu'un de moins bien. 

Alors qu'elle est assise à l'arrière d'un autobus, une femme noire d'une quarantaine d'années, refuse de laisser sa place à un passager blanc qui l'exige. Le bus ne démarre pas, la femme est arrêtée et condamnée à payer une amende. Elle n'a pas respecté la loi. Le jeune garçon Afro-Américain, devenu pasteur, lance alors un boycott de la compagnie des bus durant plus de 300 jours. C'est ainsi que les chemins de nos deux personnages se rencontrent. Rosa Louise McCauley Parks, plus connue sous le nom de Rosa Parks, et Martin Luther King scellent leurs destins. 

Rosa Parks
Dès lors, le pasteur s'engage dans une lutte contre la justice et l'égalité des droits. Une guerre contre la ségrégation qui lui vaudra plus de vingt arrestations, quatre agressions et un assassinat. Pourtant, Martin Luther King, très tôt, a choisi la "désobéissance civile non-violente" pour exposer ses idées et faire changer les mentalités en évitant les drames. Mais là où le monde avance, la violence surgit. En 1958, il est poignardé en pleine séance de dédicaces de son ouvrage La Marche vers la Liberté. Cet événement sans gravité permet au pasteur d'illustrer ses propos et de prôner la non-violence. Il organise dans cette esprit, de grandes marches afin d'instaurer le droit de votes des Afro-Américains, la déségrégation ou le droit au travail. Ces demandes feront naître des lois dès 1965. 

Les événements se succèdent, le boycott et la manifestation de Birmingham alertent l'opinion publique tant les répliques des forces opposées se font intenses. Martin Luther King gagne en bonne notoriété. Washington est la prochaine étape. Avec plus de 250 000 personnes, cette marche est la plus importante des manifestations qu'a connu le pays. C'est à cette occasion que le pasteur déclame son célèbre discours: "I have a dream". En 1964, les manifestants pour le droit de vote des Afro-Américains se heurtent aux forces de l'ordre et à de nombreux opposants. La marche qui se voulait pacifique tourne mal et la violence de la situation donnera à ce jour le triste nom de "Bloody Sunday". 


Mais au delà de ces combats raciaux, Martin Luther King critique l'entrée en guerre des Etats-Unis avec  le Viêt-Nam, en dénonçant les tueries incessantes. De plus en plus impliqué en politique, le pasteur souhaite voir évoluer le régime des Etats-Unis, voir changer les lois et réfléchir les dirigeants. Les classes sociales inférieures sont également dans sa visée. Il organise donc la Campagne des pauvres et parcourt le pays pour rallier à sa cause un maximum de personnes. Mais son assassinat, le 4 avril 1968 par un ségrégationniste blanc, mettra un terme à son engagement dans cette action. 

Décédé à 39 ans seulement, Martin Luther King a consacré sa courte vie à défendre, de la manière la plus pacifique possible, celle des autres. Il était convaincu que la justice triompherait et cela fut le cas pour de nombreuses causes. Après avoir reçu le Prix Nobel de la paix en 1964, il se vit discerner à titre posthume la Médaille Présidentielle de la Liberté, le prix des Droits de l'Homme des Nations Unies et la Médaille d'Or du Congrès. 


*****


Once upon a time, was a six years old boy, in the America of the 30s. Like every day, he leaves his home, happy to go playing with friends. But walking to his friends, the boy sees their faces changing. Is the floor collapsing here? Or is it just a joke? On returning home, the African-American boy asks his mother why his friends have no right to talk to him. After all, they did it until now. Nicely, the mom says they integrated a white segregationist school but that does not mean her son is not a good boy.

While she is sitting in the back of a bus, a black woman of about forty years, refuses to give up her seat to a white passenger who requires. The bus does not leave, the woman is arrested and sentenced to pay a fine. She did not follow the law. The young African-American boy, now a pastor, then starts a boycott of the bus company for more than 300 days. Thus the paths of our two characters meet. Rosa Louise McCauley Parks, better known under the name of Rosa Parks, and Martin Luther King, seal their fates.

Rosa Parks
Therefore, the pastor engages in a fight for justice and equal rights. A war against segregation which earned him more than twenty arrests, four assaults and a murder. However, Martin Luther King, early, chose the "nonviolent civil disobedience" to expose his ideas and to change attitudes avoiding drama. But where the world is moving, violence comes. In 1958, he was stabbed on his Tride toward freedom; the Montgomery story book signing. This minor event helps the pastor advocating non-violence. He organizes, a walk to introduce the right to vote for African-Americans, the desegregation and the right to work. Those inquiries will become laws in 1965.

Events succeed, the  Birmingham boycott and demonstration alert the public opinion as replies of opposing forces are violent. Martin Luther King increases his notoriety. Washington is the next step. With more than 250 000 people, the Washington walk is the largest demonstration the country has experienced. It is on this occasion that the pastor declaims his famous speech "I have a dream." In 1964, protesters for the African-Americans right to vote face the police and many opponents. The walk had to be peaceful but goes wrong, and the violence of the situation gave to that day the sad name of "Bloody Sunday".


But beyond those racial fights, Martin Luther King criticizes the Vietnam war, denouncing killings. Increasingly involved in politics, the pastor wishes to change the United States politics, to see laws changing and leaders thinking. The lower classes are also in his priorities. Therefore he organizes the Poor People's Campaign and travels the country to rally to his cause as many people as possible. But his murder on April 4, 1968 by a white segregationist, ends its involvement in this action.

Died at only 39 years old, Martin Luther King dedicated his short life to defend, on the most peaceful way, the one of the others. He was convinced that justice would prevail and that was true for many of his causes. After receiving the Nobel Peace Prize in 1964, he was posthumously awarded the Presidential Medal of Freedom, the price of Human Rights of the United Nations and the Congressional Gold Medal.



Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Paris Plages 2016!

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation