Halloween à Paris... Halloween in Paris...


Frileuse soirée que celle qui s'annonce. Les températures chutent, la nuit noircit le ciel et les ombres guettent la lune pour envahir la ville... Des petites lueurs oranges encouragent le passant qui se hasarde dans les rues de Paris. Puis des chuchotements viennent troubler le silence... Des pas traînent sur le sol... Des rires surgissent de la pénombre... L'oeil, tourné vers l'astre de la nuit, trouve en sa confidente un air inquiet. La nuit sera longue, noire et intense. Car le 31 octobre, Halloween le petit troublion, ne laisse aucune âme en paix...

Les Hôtels de Saint-Germain des Près vous propose de partager cette nuit avec vous... 

L'Hôtel Des Marronniers est au calme, si calme que les feuilles des arbres n'osent faner ce soir. Mais est-ce le calme ou la peur qui les fige..? Car  à la nuit tombée, les ombres des marronniers envahissent les chambres et perturbent les rêves. Les branches cendrées cernent le jardin et les troncs jaillissent en géants sombres et effrayants. Recouvrant la véranda, étouffant le toit, gagnant la cour d'entrée. Les endormis succombent, et l'Hôtel Des Marronniers disparaît sous ces ombres grandissantes...

Hôtel Des Marronniers
L'Hôtel Des Deux Continents est à l'écart de la foule Germanopratine. La rue Jacob est déserte ce soir... A l'approche de l'hôtel, les drapeaux s'affolent. Le veilleur de nuit n'est pas à l'office. Rien, personne. L'hôtel est en travaux certes, mais seulement une partie de l'hôtel. Que sont devenus les clients? Et le personnel? Tout au fond du couloir, quelqu'un... L'ascenseur s'ouvre, le rythme cardiaque s'accélère. Personne. Une âme inconnue dans le miroir. Elle disparaît... Les escaliers grincent. Sur le pallier, une porte s'ouvre doucement... Mais il s'agit du bâtiment inoccupé!!!


Le Best Western Trianon Rive Gauche est un hôtel majestueux. Les 110 chambres occupées, l'hôtel est noir de monde. Ce soir est calme à l'hôtel. Envie de sortir mais il fait froid. A l'entrée, le bar est indiqué. Après quelques marches, la porte du bar. En sous-sol, boudoir, musique jazz. Le barman old school sert un whisky. Peu de clients ce soir. Il répond simplement: Cela fait bien longtemps que l'on ne voit plus personne par ici. Un second verre, une serveuse lui apporte les olives. Seul dans ce bar, le personnel est dédié. Bonne soirée. Le lendemain, la réception présente la note. Où est celle du bar? Vous n'avez rien consommé Monsieur. Si, hier au bar du sous-sol. Il doit y avoir une erreur, le bar est fermé depuis de nombreuses années maintenant. La réceptionniste montre le chemin vers la bagagerie. Sur le mur, d'anciennes photographies. Sur l'une d'elles, le barman et la serveuse. La date? Le 31 octobre 1954.

Best Western Trianon Rive Gauche
L'Hôtel De Seine a cette chaleur humaine qu'apprécient beaucoup les voyageurs. Une réception souriante et à l'écoute. Ce soir, un conseil pour le dîner. La réceptionniste est bien pâle et apathique. Elle tape sur son clavier sans cesse, l'oeil rivé sur les touches. Le veilleur de nuit est arrivé mais il tourne le dos. Le bruit des touches s'intensifie. Le veilleur tangue et chuchote. Pardon? Impossible de le comprendre. Les doigts de la réceptionniste battent le clavier. Le veilleur se retourne doucement. La réceptionniste secoue sa tête de droite à gauche. Plus vite, toujours plus vite, au rythme des touches fumantes. Le veilleur de nuit fait face. La réceptionniste s'immobilise. Il fait froid. Très froid. Trop froid.

L'Hôtel Welcome est l'un de ces vieux immeubles aux surfaces atypiques. Ce soir, le réceptionniste est accueillant, comme toujours. Il tend la carte d'une chambre au dernier étage. L'ascenseur monte lentement, la porte de la chambre mène sous les toits. L'eau du bain coule, une dispute éclate dans la chambre voisine. L'eau est chaude, le bain est prêt. La porte voisine s'ouvre et l'on frappe violemment à la porte. Les pleures se mêlent aux cris. Un peignoir enfilé, la porte ouverte, personne. L'heure du dîner approche. En saluant la réception, un petit mot sur des voisins bruyants. Mais monsieur, il n'y a personne d'autre au 6ème étage. la chambre voisine est condamnée. En sortant de l'hôtel, le regard vers le 6ème étage. A la lueur de la lune, une femme derrière la fenêtre, sanglote.

A très bientôt dans l'un de nos hôtels...

L'Hôtel Welcome

*****

It's a chilly evening. Temperatures drop, the night blackens the sky and shadows lie in wait of the moon to invade the city ... Orange lights encourage passerby to walk outside. Then whispers disturb the silence ... Steps drag on the ground ... Laughter emerge from the shadows ... The eye turns to the moon which has a worried look. The night is long, dark and intense. Since October 31, Halloween will leave no soul in peace ...

Hotels in Saint-Germain des Prés invite you to share that night with you ...

Hotel Des Marronniers is quiet, so quiet that leaves do not dare fading tonight. But is this calm or fear which freezes it ..? Because tonight, chestnut shadows invade rooms and trouble dreams. Greylag branches surround the garden and trunks gush as dark and scary giants. Covering the veranda, stifling the roof, gaining entrance courtyard. Asleep customers succumb, and the Hotel Des Marronniers disappears under growing shadows ...

Hotel Des Deux Continents
Hotel Des Deux Continents is away from the crowds Of Saint-Germain. Jacob Street is deserted tonight... Approaching the hotel, flags panic. The night clerk is not in the office. Nothing, nobody. The hotel is in renovations, but only one part of the hotel. What happened to the customers? And staff? At the end of the corridor, someone ... The elevator opens, the heart rate accelerates. Nobody. An unknown soul in the mirror. It disappears ... The stairs creak. In the corridor, a door opens slowly ... But it is in the empty part of the building!

Best Western Trianon Rive Gauche is a majestic hotel. The 110 rooms occupied, the hotel is full of people. Tonight is quiet at the hotel. Want to go out but it's cold. At the entrance, a bar is indicated. After a few steps, the door of the bar. In the basement, hear jazz music. The old school barman serves whiskey. Few customers tonight. He simply says: It's been a long time since we saw no one here. A second glass, a waitress brought olives. Alone in the bar, the staff is dedicated. Good evening. The next day, reception desk presents the bill. Where is the bar's bill? You did not take anything Sir. Yes I did, yesterday at the bar in the basement. There must be a mistake, the bar was closed for many years now. The receptionist shows the way to the luggage room. On the wall, some old pictures of the hotel. On one of them, the bartender and the waitress. The date? October 31, 1954.

Hotel De Seine
Hotel De Seine has this warm atmosphere that many travelers are looking for. A smiling and listening reception. Tonight, a recommendation for dinner. The receptionist is very pale and listless. She is always typing on her keyboard, the eye on the keys. The night clerk arrived, but he turns his back. The sound of keys increases. Night clerk is swinging and whispering. Pardon? Impossible to understand. Receptionist's fingers beat the keyboard. The night clerk turns slowly. The receptionist shakes her head from side to side. Faster, faster, to the rhythm of smoking keys. The night clerk faces. The receptionist stops. It's cold. Very cold.


Welcome Hotel is one of those old buildings with atypical surfaces. Tonight, receptionist is friendly, as always. He gives the card fora top floor room. The elevator rises slowly, the bedroom door  leads in the attic. Bath water flows, a fight starts in the room next door. Water is warm, bath is ready. The next door opens and someone knocks on the door violently. Cry mix with screams. Bathrobe donned, the door opened, nobody. Dinner time comes. In greeting reception, a word about noisy neighbors. But sir, there is nobody else on the 6th floor. That room is doomed. Leaving the hotel, the look to the 6th floor. In the light of the moon, a woman behind the window, sobbing.

See you soon in one of our hotels ...




Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation

NUIT BLANCHE 2017