James Bond à Paris!!


Il est entré d'un pas sûr et vindicatif. La main dans la poche droite, le regard rivé sur l'hôtesse. Il a souri puis a demandé la clé 23. Un remerciement courtois et un hochement de tête. Il s'est dirigé vers l'ascenseur. Un coup d'oeil à sa montre. Des boutons de manchettes parfaitement assortis au costume, un poignet ferme et vigoureux. Il a saisi la porte, appuyé sur le bouton, puis s'est retourné. Face à lui, une porte qui se refermait. Face au réceptionniste de l'Hôtel De Seine, l'imprudent démasqué! Aurait-il omis à sa réservation, de préciser son nom? Bond - James Bond. 
Alors que le film "Skyfall" vient tout juste de sortir en France, nous sommes tous dans l'attente de croiser celui qui pourrait être un James Bond. Dans nos hôtels germanopratins, les lieux laissent place à la rêverie et l'imagination est fertile.
"Bonjour, je souhaiterais réserver une chambre." La voix est comme l'homme: posée, calme. Pas d'accent mais un passeport anglais. Quelques billets et le compte y est. "Auriez-vous un fer à repasser?" Le réceptionniste de l'Hôtel Welcome acquiesce et lui remet l'objet. L'homme monte les escaliers d'un pas lent et assuré, puis disparaît dans son silence. Le téléphone sonne. "Auriez-vous des couvertures supplémentaires?" - Le réceptionniste frappe à la porte 12. L'homme ouvre. La chambre est sombre. Les rideaux sont tirés. Le matelas est au sol, une couverture le recouvre. "Voici vos deux couvertures Monsieur." Vers 18h30, l'homme descend les escaliers. Le costume ne présente aucun pli, les chaussures aucune trace. Une voiture s'arrête devant l'Hôtel. L'homme monte à l'arrière. Et si c'était lui...


Un homme pénètre le hall de l'Hôtel Des Deux Continents. Nuque et front luisants, les petites foulées se poursuivent jusqu'à la réceptionniste. "Peut-on commander deux petits-déjeuners en chambre 162?". Peu avant midi, le jogger sort de l'ascenseur. Il s'avance, sûr de lui. Le costume noir dessine les lignes de son corps. Un billet tendu, un sourire. "Laissez-moi le plaisir de vous offrir un café." La réceptionniste rougit et garde la monnaie. L'homme sort et se dirige vers une voiture noire à l'arrêt. L'ascenseur s'ouvre, une femme élégante apparaît. Elle dépose la clé de la chambre 162 sur le comptoir. Sans un mot, elle quitte l'hôtel et rejoint un autre véhicule. La voiture noire est partie. Et pourquoi pas lui..?
L'homme descend les escaliers de l'Hôtel Des Marronniers. Le costume tombe habilement sur des chaussures cirées. "Un cognac, s'il vous plaît, je le prendrai au salon." Son regard s'arrête. Une dame est assise dans la véranda. "Finalement, faîtes porter une bouteille de Champagne à cette table." L'homme s'avance. Ses yeux foudroient celle qui les croise. Il s'assied. Les verres se remplissent. Les lèvres se séduisent. "Un appel pour vous Monsieur." L'homme se lève et s'approche de la réception. "Oui?"  C'est une autre langue qui succède au français, le russe peut-être... Il raccroche, regarde la femme assise qui contemple le jardin. Il emprunte une carte de l'hôtel, laisse une inscription et tend le mémo à la réceptionniste. "Pouvez-vous porter ce mot à cette ravissante personne?" L'homme se presse vers la porte et disparaît rue Jacob. La femme demande le numéro de chambre du Monsieur. "Désolée, Madame, le Monsieur a quitté l'hôtel à l'instant." Et s'il était...?


Un client très élégant sort de l'ascenseur du Best Western Trianon Rive Gauche. Il se dirige vers la salle du petit-déjeuner. Un instant, il marque l'arrêt. Le regard s'immobilise sur quatre hommes à l'allure discrète. L'homme revient sur ses pas et salue la réception. "Puis-je vous laisser ma mallette pour quelques heures?" Deux sourires échangés. L'homme sort d'un pas alerte. Les quatre personnages sortent aussi. En fin d'après-midi, un jeune garçon se présente à la réception. "Je viens chercher la mallette du Monsieur de la chambre 752. Il m'a demandé de vous remettre ceci." La réceptionniste tend le bagage et déplie le courrier. Les mots la flattent. Elle lève des yeux pétillants, le jeune homme n'est plus là. Pourrait-il s'agir de...?
Il est des jours où l'intrigue s'invite dans le quotidien. Nous sommes tous, quelque part, avides d'histoires. L'hôtel est le lieu idéal pour naviguer dans ses pensées. Chaque client peut être ce James que nous attendons. Il suffit simplement d'un peu d'imagination et de beaucoup d'élégance...

*****


He came with a sure and vindictive step. Hand in the right pocket, his eyes fixed on the hostess. He smiled and then asked the key 23. A courteous thanks and a nod. He headed toward the elevator. A glance at his watch. Cufflinks perfectly matched to suit, a firm and strong wrist. He grabbed the door, press the button and then returned. Facing him, a door closing. Facing the receptionist of Hotel De Seine, an imprudent revealed! Would he failed to specify its name from the book? Bond - James Bond.
While the film "Skyfall" has just released in France, we are still waiting to cross the one that might be a James Bond. In our hotels in Saint Germain Des Pres, places give way to daydream and imagination is fertile.
"Hello, I would like to book a room." The voice is as the man, quiet. No accent but a British passport. Few banknotes on the desk. "Do you have an iron?" The receptionist at the Hotel Welcome agrees and hands him the object. Man climbs the stairs with a slow and insured step, then disappears into silence. The phone rings. "Do you have extra blankets?" - The receptionist knocks at the door 12. The man opens. The room is dark, curtains are drawn. The mattress on the floor, a blanket over it. "Here are your two blankets sir." Around 6.30 pm, the man down the stairs. The suit has no fold, shoes have no trace. A car stops in front of the hotel. The man rises to the rear. And if he was ...


A man enters the lobby of the Hotel Des Deux Continents. Neck and forehead glistening, small strides continue until the receptionist. "Can I order two breakfasts Room 162?". Shortly before noon, the jogger out of the elevator. He goes, sure of himself. Black suit draws the lines of her body. A 50 euros note tense and a smile. "Let me have the pleasure to offer you a coffee." The receptionist blushed and kept the change. The man leaves and goes to a black car stopped. The elevator opens, an elegant woman appears. She puts the key to room 162 on the front desk. Without a word, she left the hotel and joined another vehicle. The black car is gone. And why can not he ..?
The man down the stairs of the Hotel Des Marronniers. The suit falls on skillfully polished shoes. "A brandy, please, I'll take it in the living room." His look stops. A lady sitting in the veranda. "Finally, do carry a bottle of Champagne at the table." The man advances. His eyes crossed hers. He sits. The glasses filled. The lips are attractive. "A call for you, Sir." The man gets up and approaches the reception. "Yes?" He doesn't speak French anymore, Russian maybe ... He hangs up, looks at the woman sitting and contemplating the garden. He takes a card from the hotel, writes a note, and tends memo to the receptionist. "Could you take this word to this lady?" The man hurries to the door and disappears rue Jacob. The woman asks for his room number. "Sorry, ma'am, the gentleman left the hotel at the moment." And if ...?


A customer very stylish out of the elevator at the Best Western Trianon Rive Gauche. He goes to the breakfast room. For a moment he stops. His look on four discreet men. The man retraces his steps and greets reception. "Can I give you my case for a few hours?" Two exchanged smiles. Man goes quickly. Four characters go too. In the late afternoon, a young boy comes to the reception. "I am seeking the case of room 752. He asked me to give you this also." The receptionist gives the bag and unfolds the letter. Words are flattering. She raises her sparkling eyes, the young man is no longer there. Could he be ...?
There are days where the plot comes in the everyday life. We are all, somewhere, eager for stories. A hotel is a perfect place to escape the thoughts. Each customer could be the James that we expect. Just need a little imagination and a lot of elegance ...


Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Paris Plages 2016!

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation