"L'Impressionnisme et la Mode" au Musée d'Orsay


La technique fond à la lumière des paysages. Les scènes de la vie quotidienne du XIXème siècle cherchent la Parisienne, rieuse ou désenchantée. Les toiles des impressionnistes dévoilent des mouvements, des situations. Et l'on apprend une époque, une vie. Quel autre musée pouvait entreprendre une telle exposition? Le Musée d'Orsay, véritable mécène de l'impressionnisme, présente "L'Impressionnisme et la Mode" ou la mode contée par les impressionnistes.
La seconde moitié du XIXème siècle marque un tournant dans l'histoire de la peinture. L'inspiration quitte ainsi les ateliers pour investir la nature, les ruelles, les maisons, ... Les peintres ne dépendent plus d'un seul espace et laissent libre cours à leurs envies et à leurs créations. Décrié tout d'abord, l'impressionnisme livre à l'art pictural les plus belles oeuvres de l'époque. Les artistes partent à la rencontre du monde réel et cherchent à le reproduire sur la toile. La Parisienne est la meilleure inspiration. L'heure est à la bourgeoisie et à l'élégance, chez la femme comme chez l'homme. 
Les robes et les accessoires donnent matière à l'impressionniste. Les autres classes sociales, dans la convoitise et le plagiat, créent leur propre mode. Toujours soucieux de l'exacte représentation du sujet principal, le peintre dessine le vêtement comme s'il le créait de toute pièce. La crinoline est radieuse en peinture et la robe est en elle-même une oeuvre. Le XIXème siècle voit les accessoires se cumuler. La dame ne saurait sortir sans son chapeau, la volette laisse à peine entrevoir le visage, les gants habillent délicatement les mains et la bottine est tout juste suggérée. La femme se devine et les accessoires subliment cette image. 

"La Bouderie", Degas.
Les peintres s'intéressent aussi aux dessous de cette féminité. Le corset est en effet de rigueur à cette époque. Toute femme se doit d'en porter. La silhouette affinée, dans l'ignorance parfois insolente du confort de la dame, est un symbole de beauté du XIXème. Le corset subit toutes sortes de variances, qu'il soit du matin, de l'hiver, de nuit, de grossesse ou encore nuptial. Les impressionnistes pousseront leurs quêtes au coeur de la vie des courtisanes. Le mouvement choque, les salons le refusent. 
Les impressionnistes ont tracé les lignes d'une époque sur la toile, et la toile a traversé l'époque. Les oeuvres exposées témoignent de l'élégance d'un Paris du XIXème. La mode est vue par des artistes au désir d'impression. L'envie d'immerger la toile dans la réalité. Et nous contemplons aujourd'hui les canons d'un autre temps, par le plus bel intermédiaire. Quand le raffinement d'un vêtement adopte la finesse d'un pinceau.

"L'Impressionnisme et la Mode" jusqu'au 20 janvier 2013.

*****

"Madame Louis Joachim Gaudibert", Monet

Here we find stunning landscapes, full of technical and light. We find scenes of everyday life in the nineteenth century, a merry or disenchanted Parisian. Impressionist paintings reveal movements and situations, and teach us an era, a life. Which museum could undertake such an exhibition? The Orsay Museum, true patron of Impressionism, presents "Impressionism and Fashion" or fashion told by the Impressionists.
The second half of the nineteenth century marked a turning point in the history of painting. Painters no longer stay in their workshops, they seek inspiration in nature, streets, houses, ... Painters no longer depend on one place and give free rein to their desires and their creations. Decried firstly, Impressionism leaves to the pictorial art, the most beautiful works of this period. Artists go to meet the real world and try to reproduce it on the canvas. The Parisian is the best inspiration. It is the time of the middle class and elegance, both in women as in men.
Dresses and accessories inspire the impressionist. Other social classes, with envy and copy, create their own fashion. Always concerned about the exact representation of the main subject, the artist draws the clothing as if he had created it. The crinoline is radiant in painting and the dress is in itself a work. The nineteenth century saw an accumulation of accessories. The woman can not go out without her hat, a veil shows barely the face, hands gently dress with gloves and the boot is just suggested. The woman guessed, accessories sublime her.

"Au Café", Caillebotte.
The painters are also interested in lingerie. The corset is a must at this time. Every woman needs to wear it. The slimmer silhouette, with sometimes an insolent ignorance of the comfort of the woman, is a symbol of beauty in the nineteenth. The corset appears in different forms, whether in the morning, winter, night, pregnancy or marriage. The Impressionists grow their quests in the courtesans life. Movement shocks, exhibitions refuse it.
The Impressionists traced the lines of a time on the canvas, and the canvas crosses time. The exhibited works reflect a Paris' elegance of the nineteenth. Fashion is seen by artists who wish to print it. The desire to immerse the canvas in reality. And today we contemplate the canons of another time, with the most beautiful way. When the refinement of a garment joined the finesse of a brush.

"Impressionism and Fashion" until the 20th of January 2013.

"La Balançoire", Renoir

Posts les plus consultés de ce blog

Première Vision, Paris - 02.2016

Paris Plages 2016!

Ron Mueck défie notre réalité à la Fondation Cartier // Ron Mueck defies reality at the Cartier Foundation